Mon parcours

Mon amour pour l’art et l’habillement a toujours fait partie de moi, au point qu’à l’âge de 6 ans, je savais ce que je voulais faire dans la vie : faire des costumes pour le spectacle.

Je conçois ce métier comme une vocation, au même titre qu’une religion ou qu’une carrière militaire.
Cela peut paraître blasphématoire, mais on ne peut faire ce métier sérieusement sans un véritable engagement personnel.

C'est un milieu parfois impitoyable et un parcours que j’ai voulu faire avec toutes mes forces malgré ses contradictions, car c’est un monde aussi très enrichissant et généreux. C’est un milieu de rencontres, des choix, qui définissent ton éthique du travail et ta façon d’interagir au sein d’une équipe.

Mon travail me porte à voyager un peu partout dans le monde, à découvrir des paysages merveilleux, différentes cultures et façons de travailler, mais ce qui me fait évoluer sont les rencontres que l’on peut faire.
Je ne fais pas ce métier pour la gloire ou pour arriver au sommet, car cet endroit n’existe pas.
Il n’y a pas de but à atteindre, seulement l’ambition de faire ce métier correctement et avec constance, s’améliorer en se remettant toujours en question.

Dans mon parcours, j’ai eu la chance de faire toute de suite de belles rencontres qui ont été très importantes dans le développement de mes capacités artistiques et techniques.

J’ai pu commencer à travailler grâce à Giuti Piccolo et Lina Cardone de l’atelier Farani de Rome qui m’ont donné les outils techniques pour continuer sur des bases solides. Franca Squarciapino, rencontrée chez Farani, m’a mise en relation avec Danielle Boutard et « Les ateliers du costume » de Paris, où j’ai pu faire un stage très enrichissant et fondamental pour comprendre le travail d’atelier. Anaïs Romand m’a fait connaître le monde du cinéma français et m’a inculqué l’importance du travail de documentation. Avec Fabio Perrone, j’ai pu vivre la meilleure expérience dans le cinéma de ma carrière, sur « Venus noire ». Il m’a appris son sens de la couleur et des matières, à tenir bon, à écouter et être discrète. Raimonda Gaetani, avec le maître Franco Zeffirelli, m’ont fait connaître le théâtre, le vrai théâtre italien. Ils m’ont transmis leur expérience et l’importance d’avoir « l’œil » au moindre détail, même de loin.

L’envie d’entreprendre a toujours fait partie de ma personnalité créative et indépendante et, après dix années dans le costume, j’ai commencé à réfléchir à comment faire évoluer mon savoir faire et ma capacité à écouter les autres.

Mon concept se base essentiellement sur l’écoute : créer un moment où la personne parle d’elle, de ses besoins d’avoir une image plus cohérente avec elle-même et avec sa vie professionnelle et l’aider à la créer à travers ses indications.

J’ai choisi de m’occuper des artistes car c’est un milieu que je connais depuis longtemps et parce que je sais combien il est important pour eux de soigner leur image.

Mais mon travail est aussi adapté aux particuliers, je souhaite créer un rapport de confiance et d’échanges avec la personne, de l’aider à se découvrir elle-même, de manière naturelle. Je vous invite à découvrir mon concept et mon éthique du travail.